C'est là que ça se passe!

Quelle joie de travailler à vos côtés, dans le même espace, respirer un peu de votre air pas bête pour deux secondes, devant un sandwich qui en perd des bouts, enfoncée dans un sofa qui avale (mon corps, pas mon sandwich), avec le chum qui passe en coup de vent, le soleil qui lèche mon pied, ma jambe, ma face, quelle joie d'être là, en plein là où ça se passe! Écrire parmi vos vies, vos interférences, auprès de Pierre qui me croque sa pomme dans l'oreille en s'étonnant d'une voix zozotante que le prénom Justine ne commence pas par la lettre Z (meuh, pour vrai?), avec bébé zuste trop cute accrochée à la mamelle de sa mère, pluie de bruits de bouche, de nez, de couche. 

Aujourd'hui, je rencontre mes compagnons Amplificateurs et dans le coin du sofa profond, j'attrape des bribes de conversations. Je pourrais être tentée de m'extraire, leur lancer un beau HEILLE bien senti, qu'ils comprennent que j'écris, tsé, est-ce que je pourrais avoir un minimum de silence, s'il vous plait? Mais non. Je n'en fais rien. je n'en fais rien parce qu'entre l'autre mini bout de miracle qui vomit tout le temps, la tite-mère dans sa brassière à panneaux, le téléphone qui DRIIIIG, Pierre qui clique, croque, scroll et s'enquiert de l'avancement de mon texte, il se passe quelque chose. Écrire parmi les voix quotidiennes, ce n'est pas rien. 

C'est même quelque chose, comme une activité qui me permet de patienter d'ici 19 h où j'écrirai en direct sur le doc des amplificateurs.com

- Mylène

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Laissez-nous un commentaire !